Wisches – Hersbach

Description

Les villages de Hersbach et de Wisches, auxquels s’ajoutent les hameaux du Netzenbach et du Petit Wisches, composent la commune de Wisches-Hersbach qui se situe sur la rive Ouest de la Bruche.

Les habitants de Wisches sont les Wischoises et les Wischois.

Quant aux habitants d’Hersbach, je n’ai pas réussi à trouver leur gentilé et toute information sera chaleureusement accueillie.

La commune s’étend sur environ 1 925 hectares, sa population municipale était au 1e janvier 2013, selon l’INSEE, de 2 195 habitants pour une population totale de 2 229 habitants.

Administrativement, Wisches-Hersbach dépend de l’arrondissement de Molsheim et du canton de Mutzig (qui a remplacé le canton de Schirmeck en 2015), son code postal est « 67 130 » et son code commune est « 67 543 ». Wisches-Hersbach fait également partie de la communauté de communes de la Vallée de la Bruche.

Origine du nom

Le nom de Wisches semble provenir du ruisseau de Netzenbach, qui se retrouve sous les appellations Wichahe au XIe siècle et Wichia au IXe siècle. Au moyen-âge le ruisseau sera aussi appelé Wischbach.

Blason

Blason de WischesLes deux tiers inférieurs du blason de Wisches, qui représentent une tête de cerf argentée sur fond vert et surmontée d’une croix, font références à Saint Hubert patron des chasseurs. Le tiers supérieur, avec sa bande blanche de biais sur fond rouge, rappelle le blason de basse-Alsace.

Ces armoiries officielles du village ont été conçues par M. Hubert Mehl lorsqu’il était secrétaire général de la mairie de Wisches et ont été matérialisées par un artisan verrier de Cirey sur Vezouze.

Résumé Historique

La création de Wisches remonte à l’époque romaine, une route reliant la Lorraine à Strasbourg (Argentoratum = nom de la ville sous les Romais) passe par Raon-l’Etape en direction du col du Prayé, puis passe par celui d’Entre les deux Donon pour redescendre à proximité du Wisches actuel. A cet endroit, les Romains ont probablement installé un « vicus », sorte de relais routier, pour muscler les attelages qui allaient s’attaquer à l’ascension du Donon  et pour récupérer ceux en provenance de la Lorraine.

La localité de Wisches est mentionnée en tant que telle, pour la première fois, par le chroniqueur Richer de Senones. Lorsqu’il relate les évènements de l’an 1213, il indique que l’armée du Duc de Lorraine Thièbaut 1er, en guerre avec l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen du Saint-Empire, séjourne brièvement à Wischa avant de regagner la Lorraine suite à la défaire de son avant garde à Rosheim.

Dans le premier quart du XIIIe siècle, l’Evêque de Strasbourg obtient le territoire de Netzenbach-Wackenbach, terres sur lesquelles l’Abbaye d’Andlau garde des très importants droits qu’elle finira par céder à l’évêché deux siècles plus tard, faisant de Wisches une composante à part entière du Bailliage Episcopal de Schirmeck.

Au début du XVIe siècle, les limites territoriales entre les villages de Wisches et de Schirmeck n’existent pas, l’utilisation des forêts, des pâturages et des autres ressources, est soumise à la discussion entre les communautés, sous l’autorité de l’évêque. Par exemple, pour le 17 juillet 1545 on peut lire que les parties se sont « accomodées au sujet de la glandée, coupes de bois et pasturages dans les forêts qu’ils jouissent par indivis ».

En 1572, Wisches-Wackenbach et Schirmeck délimitent et bornent leurs territoires, le ruisseau du Tommelsbach servant de base à cette opération. Ainsi, et en échange d’une compensation financière de deux cents livres, Wisches renonce à ses droits ancestraux qu’elle détenait jusqu’à Wackenbach et jusqu’au ruisseau du Framont.

En 1794, la commune qui fait partie du district de Benfeld demande son rattachement à celui de Senones et moins d’un an plus tard, Wisches devient Vosgienne et ce jusqu’en 1871. Par la suite, la commune oscillera entre Vosges, Allemagne et Alsace à l’image de beaucoup d’autres communes dans la Vallée de la Bruche.

Le Netzenbach

Il y a un demi-siècle, le hameau de Netzenbach fit couler beaucoup d’encre. Suite à un premier article paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace du 19 janvier 1973 sous le titre : « Le hameau de Netzenbach et le différend Wisches – Lutzelhouse », le maire du second village cité, M. Ch. Zinglé, pria le journal d’insérer les précisions suivantes :

Le hameau du Netzenbach construit sur la rive gauche du «Wischbach» à l’entrée, du Netzenbach par la suite, faisait de tout temps partie du département du Bas-Rhin, alors que Wisches, construit en contact, faisait partie jusqu’en 1870 du département des Vosges.

En son temps, les enfants du Netzenbach fréquentaient l’école de Lutzelhouse, par la suite cette école fut tenue dans une maison de l’annexe, et pour une meilleure organisation de l’enseignement, les enfants fréquentaient finalement les écoles de Wisches; les habitants allaient à l’église de Wisches et furent enterrés dans le cimetière St-Antoine. Il est par ailleurs exact que la commune de Lutzelhouse a participé financièrement à la construction de cette église et la constitution du cimetière, les archives conservées à Epinal en font foi.

Lutzelhouse payait des participations à Wisches, il y a eu de nombreuses discussions à ce sujet dans le passé, mais la séparation n’entrait pas en ligne de compte, aucun texte légal ne le prévoyait, les habitants de Netzenbach n’y pensaient pas.

Ces participations financières – normalement – doivent tenir compte de l’évolution des conditions économiques, fiscales, légales qui changent les relations entre localités.

La loi Barangé et la «taxe locale» ont changé les conditions d’antan. Lutzelhouse abandonna sans autre le bénéfice de la loi Barangé pour les enfants du Netzenbach à Wisches et la «taxe locale» du fait qu’il n’y avait pas de commerces alimentaires et autres au Netzenbach profitait d’une façon continue et établie à Wisches, d’une façon importante avec ses 257 habitants selon recensement, pris comme base. Wisches était ainsi à l’attribution directe et non au «minimum garanti» comme ses conseillers le prétendaient, lors des différentes réunions. La démonstration en fut faite à la sous-préfecture de Molsheim. La moyenne des recettes des années 1965, 1966 et 1967 de la taxe locale fut prise comme base pour les attributions futures et cette relation existe toujours. Elle fut également niée par Wisches alors que les textes légaux en font foi. Trois sous-préfets se sont suivis en peu de temps à Molsheim, l’arbitrage n’a pu se faire, les dossiers n’ayant été examinés à fond.

Lors de la dernière réunion à la sous-préfecture et à la suite de l’affirmation d’un conseiller du Netzenbach que 80% de ses habitants demandent leur rattachement à Wisches, il fut trouvé l’échappatoire du décret du 22 janvier 1959, permettant le détachement d’une portion de commune, il fallait pour cela une pétition signée par au moins un tiers des électeurs. Cette liste comprenant 153 inscrits fut signée par 148 personnes, il est à signaler que de nombreuses signatures sont contestables.

À la suite de cette opération fut élu un conseil syndical de cinq membres, un président. Ce conseil a déposé un dossier à la sous-préfecture de Molsheim avec ses revendications, remerciant par ailleurs Lutzelhouse pour tout ce qui a été investi dans l’annexe, demandant une surface très importante de la forêt communale de Lutzelhouse, contrairement aux règlements en vigueur qui ont été confirmés par lettre du 25 mai 1972 de la préfecture du Bas- Rhin.

Une enquête de «commodo et incommodo » fut prescrite à Lutzelhouse et à Wisches, à Lutzelhouse 580 personnes se sont prononcées contre le projet, à Wisches 84 personnes dont 75 habitants du Netzenbach, se sont prononcées pour, il y a moins que 50 % des électeurs.

Lutzelhouse a fait des efforts d’investissement très importants au Netzenbach qui ne sont d’ailleurs contestés par personne, Lutzelhouse a également fait ou participé à des travaux importants dans l’intérêt de la commune de Wisches et du Netzenbach, bien au-delà du « dû» suivant certaines règles établies par l’administration des Eaux et Forêts:

a) Curage du ruisseau du Netzenbach: provenant en bonne partie de la forêt communale de Wisches, torrent tumultueux en cas de fonte de neige intempestive ou gros orage, inondant les bas quartiers de Wisches et de Netzenbach, payé 100% par Lutzelhouse de 1948 à 1970 dépenses – sans être réévaluées -: 15 190 F

b) Réparation du conduit de la rue de la Forêt de Wisches: Lutzelhouse participe avec 50% alors que l’administration avait fixé 5%, la participation de Lutzelhouse a été de 3 000 F au lieu de 300 F

 c) Route du Roulé: coût total en 1961-62: 32 387 F: participation de Lutzelhouse: 12 150 F au lieu des 5% = 1 619 F, ceci pour soulager Wisches

 d) Electrification de la route de la forêt à Wisches, du Petit-Wisches et renforcement du Netzenbach: Lutzelhouse doit se prêter comme maître d’oeuvre pour conclure les discussions avec les particuliers, cette électrification dont le coût se montait à 73 821 F est aujourd’hui largement bénéfique à Wisches

e) Constructions au Netzenbach: la commune de Wisches ne disposant pas de terrains de construction après 1945, les habitants de Wisches sont venus construire au Netzenbach, 60 % des nouvelles constructions appartiennent à des habitants de Wisches, la commune de Lutzelhouse ayant payé la viabilisation. Ainsi ont été équipées la rue de la Gredenmatt, la rue de la Bassotte, la traversée du Netzenbach pour une somme non réévaluée de 135 350 F

 f) Mur de soutènement du Netzenbach en 1972: 26 575 F.

Ceci ne représente qu’une partie des investissements réalisés pour l’annexe. Il est hors de doute que Lutzelhouse n’a pas lésiné pour en faire un «coquet hameau» et les torts ne sont pas de notre côté, ces investissements constituent sans doute une très belle « dot».

Les habitants du Netzenbach veulent rallier Wisches, en démocrates nous respectons leur volonté, mais longtemps avant toute cette procédure en cours, la commission syndicale fut informée que l’annexe n’avait pas droit à une part de forêt, propriété privée de la commune de Lutzelhouse.

Aujourd’hui, on veut faire un procès d’intention à Lutzelhouse. Ayant depuis plus de 30 ans veillé à l’épanouissement de cette annexe, toutes les marques de sympathie et de respect ne peuvent m’empêcher de ressentir une amertume profonde. L’infiltration constante et la pénétration importante d’habitants de Wisches ont provoqué la fissure dans notre belle unité. Ces voisins ont évidemment hâte de retourner dans leur commune d’origine – c’est humain – même par l’annexion d’une part de la forêt, alors que Wisches en possède plus de 1.200 ha, c’est-à-dire plus que le double de celle de Lutzelhouse – ce serait apporter l’eau à la rivière.

J’ai recherché pendant mon long mandat à cultiver les meilleures relations avec mes voisins, les gestes sont là pour le prouver, néanmoins, je n’ai pas le droit de léser les intérêts fondamentaux de ma commune.

La conclusion de l’affaire est encore lointaine, le dernier mot n’est pas dit et des surprises sont toujours possibles, nous défendrons Lutzelhouse. «Clochemerle» n’a rien à voir dans cette lutte vitale pour notre commune.

En savoir plus

Lien Permanent pour cet article : http://www.valleebruche.com/921/wisches-hersbach/