La Bruche

Il m’a semblé opportun que le premier article de ValléeBruche soit consacré à la rivière Bruche.

Origine du nom Bruche

D’ailleurs qu’elle est l’étymologie de « Bruche », est-ce d’origine gallo-romaine ou germanique ?

Ne possédant aucun ouvrage traitant du sujet, je me suis tourné vers internet et voilà ce que l’on peut lire sur wikipédia :

 «L’origine du nom Bruche est sans doute d’origine gallo-romaine plutôt que germanique comme on le présente habituellement. On trouve sa forme latinisée dans Bruxua ou Bruscua »

Toute information pour étayer ou contredire sera la bienvenue.

Parcours de la Bruche

Si l’on devait résumer en quelques mots la Bruche, on pourrait dire que c’est une rivière qui prend sa source au Climont, à une altitude d’environ 650m. Qu’elle conflue avec l’Ill aux portes de Strasbourg, après un parcours d’à peu près 75km.

En 1682, le maréchal De Vauban fit construire, en parallèle de la Bruche, un canal qui débute peu après Soultz-les-bains et qui se jette dans l’Ill. Son rôle était le transport, depuis les carrières de Soultz et de Wolxheim, des matériaux nécessaires à la fortification de Strasbourg. Ville annexée un an plus tôt par Louis XIV.

Bassin versant

Le territoire géographique qui alimente la Bruche, autrement dit son bassin versant, occupe un espace de 720km² environ dans lequel se trouvent plus de 400km linéaires de cours d’eau et quelques 137 000 habitants répartis dans 88 communes.

Carte bassin versant de la BrucheCi-contre se trouve la carte du cheminement de la Bruche avec le nom de ses affluents dont les principaux sont, par ordre de longueur : la Mossig (33km) ; la Magel (21km) ; la Hasel (14km). Sont également identifiés les principaux sommets de la vallée de la Bruche.

Le régime hydrologique de la Bruche est de type pluvio-nival, le niveau des eaux étant dû principalement aux pluies auxquelles s’ajoute, dans une moindre mesure, la fonte des neiges. Les grandes crues se produisent le plus souvent quand les deux phénomènes se combinent, même si parfois la pluie seule est suffisante.

Maintenant que nous en savons un peu plus sur la Bruche, nous allons, dans un prochain article, nous intéresser à son œuvre, sa vallée.

 

 

Source utilisées pour cet article :

  • Bassin versant de la Bruche et de la Mossig par le Conseil Général du Bas-Rhin – service Rivières (2001).
  • Dynamique fluviale d’un cours d’eau fortement anthropisé : la Bruche du 17ème siècle à nos jours par Klein T. (2005).
  • La basse Bruche : cône de piedmont et dynamique actuelle par MAIRE G. (1966).

Lien Permanent pour cet article : http://www.valleebruche.com/33/la-bruche/